Qu’est qu’un espace test ?

L’espace test est un dispositif de soutien à l’entrepreneuriat dans le secteur de la production agricole (maraîchère/petit élevage), horticole (production de plants, de semences) et de la transformation des produits agricoles.

Un espace test peut être catégorisé comme un tiers lieu, c’est-à-dire : « un lieu intermédiaire entre le lieu de vie et de travail. Il peut être rural ou urbain. Il n’y a pas de tiers-lieu type, chaque espace a sa propre finalité, mais ils ont tous pour objectif d’être un lieu de socialisation, cherchant également à véhiculer les savoirs et savoir-faire de chacun, pouvant ainsi faciliter l’innovation. Ce sont des lieux à haute valeur ajoutée pour l’Homme et le territoire ». (Wikipedia)

Les 4 fonctions

1. La fonction « hébergement » :

  • L’hébergement «physique» désigne le prêt (mise à disposition)/la location d’infrastructures et d’espaces nécessaire à la réalisation d’un test de l’activité.  Cette mise à disposition fait l’objet d’une convention entre le porteur de projet et l’organisme de coordination de l’espace test. Cette mise à disposition a donc une durée limitée dans le temps (2 ans) afin que d’autres porteurs puissent bénéficier du lieu. Pour un projet agricole, il s’agira de mettre à disposition des porteurs de projet des parcelles (de 10 ares à 1 hectare), du matériel de production comme des serres et de l’outillage, un dispositif d’irrigation, des lieux de stockage, etc. Pour un projet de transformation alimentaire, une cuisine professionnelle équipée d’un matériel approprié est nécessaire.
  • L’hébergement « juridique»: Le porteur de projet peut bénéficier des services d’une couveuse d’entreprise pour le test de son activité. Dans ce cas, la couveuse offre un hébergement juridique, fiscal, administratif et financier au porteur de projet. Il existe plusieurs couveuses d’entreprise en Wallonie : CreaJob ,Azimut , etc.

2. La fonction « production» :

L’objectif final d’un espace test est de faciliter l’installation pérenne des porteurs et le démarrage d’une activité commerciale viable. Durant cette phase de test, le porteur de projet est en activité et conditions réelles. Il est autonome et responsable de sa production.  Ainsi, le porteur de projet gère lui-même :

  • L’achat et l’approvisionnement des intrants (semences, condiment etc.) et de son petit matériel de travail.
  • La production dans le respect des cahiers de charges et réglementations en vigueur dans son domaine (p.ex : cahier de charge de l’agriculture Biologique, Normes AFSCA etc.)
  • La commercialisation
  • Le maintien en état et la bonne cohabitation avec les autres utilisateurs de l’espace-test (p.ex : entretien du site, nettoyage des outils etc.)

Ceci a pour objectif que le porteur de projet bénéficiant de l’espace-test puisse :

  • Tester et d’améliorer ses compétences techniques durant la période du test
  • Définir une stratégie commerciale
  • Prendre le temps de chercher un terrain tout en développant votre activité
  • Etaler et donc diminuer ses investissements au démarrage
  • Se frotter à la commercialisation et constituer un premier réseau de clientèle.

3. La fonction « accompagnement » :

 

Nous envisageons 3 types d’accompagnement offert par chaque espace test et ses partenaires :

  • L’accompagnement technique : il peut être assuré par un maraîcher/cuisinier référent rémunéré par l’espace test comme indépendant ou comme salarié. Cet accompagnement technique peut également être apporté par une structure partenaire comme un service provinciale agricole, une structure de formation etc. Il vise à conseiller le porteur de projet pour améliorer ses techniques de production, lui apporter un éclairage sur une situation problématique, etc.
  • Le Coaching : celui-ci va prendre la forme d’un accompagnement individuel au niveau de divers aspects de l’activité : vente et prospection, organisation du travail, motivation, objectifs de développement, comptabilité et aspects financiers. Cet accompagnement permet de se remettre en question et de trouver des solutions aux éventuels problèmes rencontrés lors du démarrage de l’activité. Un programme de formations spécifiques destinées à acquérir les bons réflexes de l’indépendant est généralement également offert.
  • L’accompagnement post-création : Dans le cas où un porteur se lancerait en tant qu’indépendant suite à son accompagnement avec une SAACE et se trouverait toujours sur l’espace-test, celui-ci peut continuer de bénéficier d’un accompagnement dit de post-création.

4. La fonction « networking » :

Une des plus-values des Espace-test est leur capacité à mettre les personnes en contact. Le réseautage est en effet crucial dans le développement de projets entrepreneuriaux. Cela permet d’échanger des conseils et bonnes pratiques ainsi que de développer des partenariats. La mise en relation a lieu :

  • Entre les différents porteurs de projets d’un même espace-test: chantier en commun, formation spécifiques, et échanges informels
  • Entre porteur des différents espace-tests: ici, il s’agit d’un travail d’animation par les différents coordinateurs des espaces test. Ce permet d’élargir le réseau
  • Avec des acteurs apportant une plus-value (formation, encadrement technique, communication, recherche de terre etc.).
  • Avec des acteurs du territoire : dans ce cadre, l’ancrage territorial des espaces-tests est crucial et l’ouverture de l’espace test à son environnement proche est également essentiel (voisinage, quartier, commune)

Enfin, pour être efficace, les espaces tests doivent travailler entre eux, partager des bonnes pratiques, co-construire des réponses à des problématiques communes et donc développer un réseau au sein duquel les initiatives locales se renforcent et échangent.

Carte des ET de Wallonie